L_voyelles.jpg

Loupiot se passionne sur la décomposition des mots. De temps à autre, je l'entends marmonner à voix haute : «dragon... d, d, d, dra, g, g, gon... dragon...». Mais comme je le disais hier, il note très rarement le son des voyelles.
Je me souvenais avoir lu Libellule raconter la même chose au sujet de sa grande, j'ai donc repris son petit jeu sur les voyelles et l'ai proposé à Loupiot.

J'ai d'abord vérifié avec lui que chaque image était facile à identifier.
Pour la présentation, j'ai posé devant lui deux cartes concernant une voyelle, en disant : «J'entends a», «Je n'entends pas a».
Puis je prends une carte dans le paquet, et je la lis lentement : «Chateau... chaaa, a, teau, o, j'entends a.», puis une deuxième carte.
À partir de là il a voulu continuer seul. Je lui ai tendu les cartes restantes.
Pour qu'il puisse en partie s'auto-corriger, je fais en sorte de lui donner 5 cartes contenant le son étudié, et 5 cartes ne le contenant pas. Ainsi il peut voir s'il a bien le même nombre de cartes dans chaque colonne.

Le document est téléchargeable en cliquant sur l'image :
voyelles.jpg

J'ai pu voir ainsi que Loupiot a vraiment du mal à isoler, puis à retenir, les voyelles.
Stanislas Dehaene explique que notre conscience phonologique se développe avec l'apprentissage de la lecture ; en effet, quand je regarde Loupiot faire ce jeu, il m'est facile de retenir le son "a" quand je l'entends, car je l'associe aussitôt à la lettre "a". Loupiot, lui, n'a pas (encore) cet outil.